cd.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

Recette de bignè salée au jambon ou salami et fromage

Recette de bignè salée au jambon ou salami et fromage


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


  • Recettes
  • Type de plat
  • Entrées
  • Entrées au fromage

Les bignè sont notoirement un dessert en Italie, mais dans ce cas, la tradition change. Ils peuvent être garnis de charcuterie de tout type ou de fromage, ou peut-être même des deux ! Il s'agit d'une recette traditionnelle d'Émilie-Romagne.


Staffordshire, Angleterre, Royaume-Uni

1 personne a fait ceci

IngrédientsPortions : 6

  • 180 ml d'eau
  • 50g de beurre
  • 150g de farine nature
  • 3 oeufs
  • 30g de parmesan
  • 60 g de mozzarella râpé
  • 60g de salami ou autre charcuterie, haché
  • sel et poivre

MéthodePréparation:45min ›Cuisine:35min ›Prêt en:1h20min

  1. Préchauffer le four à 180 C / Gaz 4.
  2. Mettre l'eau et le beurre dans une casserole et porter à ébullition. Une fois le beurre fondu ajouter la farine, retirer du feu et remuer rapidement, bien mélanger jusqu'à ce que le mélange soit bien homogène.
  3. Commencez à ajouter les œufs un par un et remuez jusqu'à ce qu'ils soient complètement absorbés. Ajouter le parmesan râpé, la mozzarella et la charcuterie sélectionnée en petits morceaux; Assaisonnez avec du sel et du poivre.
  4. À l'aide d'une cuillère, formez des monticules du mélange sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin.
  5. Cuire au four pendant 30 minutes. Maintenant, ils sont prêts et vous pouvez décider de les manger tels quels ou de les diviser en deux et de les remplir de charcuterie ou de fromage.

Pointe

Ils sont parfaits pour un déjeuner ou un dîner qui n'inclut pas d'entrées ou de deuxièmes plats lourds car ces bignè sont assez copieux, donc 4 petites bignè chacune est l'idéal. Servir également avec un petit côté de sauce tomate pour les tremper dedans pour rehausser le goût. Cette recette est pour 10 bignè.

Comment?

Achetez les ingrédients chez Amorino Italiano !

Vu récemment

Avis et notesNote globale moyenne :(0)

Avis en anglais (0)


Autour du monde - dans les recettes préférées


Cette tranche salée facile à préparer est très appréciée dans les pays des Balkans. Il peut être adapté à vos goûts personnels, et/ou selon le contenu de votre réfrigérateur.
Pour mes amis australiens, qui ont demandé la recette !


Ingrédients:
4 œufs, légèrement battus
1 tasse de yaourt (ou babeurre)
3/4 tasse d'huile
1/2 tasse de fromage cottage (ou feta)
150 g de jambon coupé en dés (ou salami, saucisses de Francfort. )
1 petit poivron rouge , coupé en dés
100 g de cornichons (concombres marinés), coupés en dés
1 -1,5 tasses de farine SR
1 tasse de farine de maïs
1/2 thé de levure chimique
1 thé de sel
Poivre, origan (facultatif)
Graines de sésame, tranches de Kranski, olives ou fromage pour la garniture (au choix)

Méthode:
Préchauffer le four à 180*C, préparer un plat allant au four (25X30 cm), ou des moules à muffins. Mettre tous les ingrédients dans un bol, bien mélanger. Verser dans le plat et cuire au four pendant 40 min (moins si vous utilisez des moules à muffins), ou jusqu'à ce que le dessus soit doré.
Bonne alternative pour le déjeuner des enfants!


Carska Pita

Sastojci :
4 jaja
1 yaourt
3/4 solje ulja
1/2 solje sira, feta ili obicni
150 gr de nekog suhomesnatog proizvoda
1 mala crvena paprika
100 g de kiselih krastavcica
1 solja sitnog kukuruznog brasna
1-1,5 solja brasna sa praskom za pecivo
1 kasicica soli
1/2 kasicice praska za pecivo
biber, origan (po zelji)
tvrdi ribani monsieur, sezamovo sjeme, masline za po povrsini (vas izbor)

Nacine :
Umutiti jaja, dodati jogurt, ulje, sjeckano povrce, i ostale sastojke. Dobro izmijesati. Sipati u pleh 25X30 cm velicine, ili mafin kalupe peci na 180*C oko 40 minuta (manje za mafin kalupe).
Recept je prilagodljiv sadrzaju vaseg frizidera!



Recette de bignè salée au jambon ou salami et fromage - Recettes


Giuseppe Ungaretti est né le 8 février 1888 à Alexandrie, en Égypte. La famille avait déménagé en Afrique pour le travail et y avait passé son enfance. Malheureusement, il a perdu son père dans un accident du travail, il a donc été élevé par sa mère et une nounou. Il fréquente l'Ecole Suisse Jacot, où il rencontre pour la première fois la littérature européenne. Après avoir terminé ses études là-bas, il s'installe à Paris et étudie à la Faculté des lettres de la Sorbonne. En 1915, il est recruté à la guerre et envoyé sur le front du Karst pendant un an, où il écrit ses poèmes les plus célèbres. Ungaretti s'est avéré être un poète révolutionnaire, ouvrant la voie à l'hermétisme. Ses textes sont courts, parfois réduits à une seule préposition, et expriment des sentiments forts. Après la guerre, il commence à travailler à Rome et ici commence sa deuxième phase poétique, où les mots sont plus recherchés et les paroles sont plus longues. En 1932, il reçoit le prix Gondolier. Grâce à cela, il a acquis une renommée et a été appelé par diverses écoles importantes et divers éditeurs. Après la Seconde Guerre mondiale, Ungaretti publia de nouveaux recueils poétiques et reçut des prix importants, tels que le prix Montefeltro en 1960 et le prix Etna-Taormina en 1966. Giuseppe Ungaretti était convaincu qu'il méritait le prix Nobel de littérature, après avoir reçu un hommage en Paris pour la traduction en français de divers recueils poétiques. C'était en 1954. Pour atteindre son objectif, le poète contacta de manière privée des hommes de culture italienne et étrangère, également des universitaires, des éditeurs, des hommes politiques, comme le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Attilio Pigoni. Tout cela dans le but d'essayer d'obtenir une candidature officielle du gouvernement italien. Malgré de nombreuses tentatives pour remporter le prix Nobel, ils ont toujours été époustouflés. En 1959, le prix a été décerné au poète italien Salvatore Quasimodo et en 1975 à un autre poète italien important, Eugenio Montale. De nos jours, beaucoup pensent encore qu'Ungaretti méritait le prix Nobel de littérature et beaucoup avaient des opinions contradictoires sur ce choix. En 1970, il se rend aux États-Unis, à New York, où il reçoit un prestigieux prix international de l'Université de l'Oklahoma.


Wisława Szymborska est née à Kórnik en 1923. La Seconde Guerre mondiale a marqué la vie de la jeune Wisława, qui a été forcée d'étudier et d'obtenir son diplôme clandestinement en 1941. En 1943, elle a commencé à travailler dans les chemins de fer, réussissant à se sauver de la déportation en Allemagne . Dans cette période a également commencé sa carrière artistique et elle a commencé à écrire des histoires et des poèmes. En 1945, elle s'inscrit à la Faculté des lettres de l'Université Jagellonica et reçoit le Prix littéraire de la ville de Cracovie. En 1963, elle a reçu le prix du ministère polonais de la Culture. Puis l'essayiste et poète Czeslaw Milosz, prix Nobel de littérature en 1980, l'a aidée à entrer dans la vie culturelle de Varsovie. A cette époque, elle écrivit de nombreux poèmes et tenta d'en publier plusieurs, mais malheureusement ils furent censurés car ils ne répondaient pas aux "exigences socialistes" et ils ne furent publiés que plus tard. Elle a remporté le prix Goethe de la ville de Francfort en 1991, le prix Herder en 1995, le prix polonais PEN Club et le Samuel-Bogumil-Linde-Preis. Grâce à ses poèmes, elle a également remporté le prix Nobel, un prix important qui honorait toute la Pologne mais surtout les femmes de la littérature.

Plus tard, il a accepté une chaire à l'université de Sao Paulo au Brésil et ici, il a eu beaucoup de tragédies à cause de la mort de son frère et de son fils. Pour ces raisons, il a écrit un autre livre. En 1970, il mourut.
Ungaretti a écrit selon ses émotions. Par exemple : quand il était heureux il écrivait ALLEGRIA (bonheur) et quand il était triste il écrivait IL DOLORE (douleur).
Ungaretti a son style caractéristique et il a soutenu que « l'écrivain idéal devrait utiliser le nombre minimum de mots ». L'auteur a utilisé des mots simples et à cause de cela, il a dû choisir les bons mots, aussi parce qu'il voulait exprimer un concept avec du mystère. Il pensait que la poésie doit exprimer des émotions fortes. Pour toutes ces raisons, lorsqu'il a écrit, il n'a utilisé aucune ponctuation. Il pensait que ce type d'écriture peut atteindre la vérité des choses et révéler les aspects mélancoliques, terribles et tragiques de la vie quotidienne.

Wislawa Szymborska est né le 2 juillet 1923 en Pologne. Elle a étudié dans des conditions secrètes et en 1941, elle a obtenu son diplôme. Elle commence des études de lettres en 1945, puis s'oriente vers la sociologie, mais n'achève jamais ses études. Plus tard, elle a rencontré le poète Czeslaw Milosz, qui l'a impliquée dans la vie culturelle du pays. Son premier recueil de poèmes n'a été publié qu'en 1952 à cause de la censure. Elle est décédée le 1er février 2012 des suites d'une maladie.
Elle a écrit tous ses poèmes basés sur la période historique. Par exemple, elle a écrit sur la façon de remplir un curriculum vitae ou sur des personnages historiques de son enfance, comme Adolf Hitler.
Szymbroska avait son style personnel, elle écrivait des mots très courts, simples et appropriés. Elle a utilisé l'ironie et le paradoxe pour faire face aux problèmes humains. Elle a utilisé des phrases courtes mais intenses pour parler d'expériences telles que la liberté, la douleur, les erreurs et la connaissance du monde qui nous entoure. Elle faisait très attention à la combinaison des sphères sématiques et des champs sensoriels. Chaque image avait pour elle une valeur métaphorique. Elle a beaucoup réfléchi sur la compréhension de la douleur, la recherche du bonheur, l'impossibilité du savoir et le manque de contrôle total sur les événements.

Je pense qu'ils ont un type d'écriture similaire. Ils utilisent tous les deux des phrases courtes mais appropriées. Ils ont beaucoup étudié ce qu'ils veulent dire en raison du nombre minimum de mots choisis. Ils veulent tous les deux exprimer des émotions fortes avec un peu de mystère et ils parlent tous les deux des humains et de leurs problèmes quotidiens. Ils ont également été témoins de tragédies historiques. Je pense aussi que Szymbroska a davantage utilisé ses sentiments et a essayé de nous faire réfléchir davantage sur les sentiments.

L'amour vrai. Est-ce normal
est-ce sérieux, est-ce pratique ?
Qu'est-ce que le monde obtient de deux personnes
qui existent dans un monde à eux ?

Placé sur le même piédestal sans raison valable,
tiré au hasard parmi des millions mais convaincu
cela devait se passer de cette façon - en récompense de quoi ?

Pour rien.
La lumière descend de nulle part.
Pourquoi sur ces deux-là et pas sur les autres ?
Cela n'outrage-t-il pas la justice ? Oui.
Cela ne perturbe-t-il pas nos principes laborieusement érigés,
et jeter la morale du sommet? Oui sur les deux comptes.

Regardez le couple heureux.
Ne pourraient-ils pas au moins essayer de le cacher,
simuler une petite dépression pour le bien de leurs amis ?
Écoutez-les rire - c'est une insulte.
Le langage qu'ils utilisent - trompeusement clair.
Et leurs petites fêtes, rituels,
les routines mutuelles élaborées -
c'est évidemment un complot dans le dos de la race humaine !

Il est même difficile de deviner jusqu'où les choses pourraient aller

si les gens commencent à suivre leur exemple.
Sur quoi la religion et la poésie pouvaient-elles compter ?
De quoi se souviendrait-il ? A quoi renoncé ?
Qui voudrait rester dans les limites ?

L'amour vrai. Est-ce vraiment nécessaire ?
Le tact et le bon sens nous disent de passer sous silence,
comme un scandale dans les plus hautes sphères de la Vie.
Des enfants parfaitement bons naissent sans son aide.
Il n'a pas pu peupler la planète en un million d'années,
ça arrive si rarement.

Que les gens qui ne trouvent jamais le véritable amour
continuez à dire qu'il n'y a rien de tel.

Leur foi leur facilitera la vie et la mort.

Ce poème a été écrit par Wislawa Szymborska, une célèbre poétesse polonaise, qui a remporté un prix Nobel de littérature en 1996. Elle a vécu en Pologne au 20e siècle et au début du 21e. Dans ses poèmes, elle utilisait un langage simple et écrivait toujours sur la vie réelle, afin que les gens ordinaires, sans éducation supérieure, puissent comprendre ce qu'elle voulait dire.
Quand j'ai lu le titre de ce poème, j'ai pensé que ce serait encore un autre texte doux sur l'amour décrit comme une belle queue de Disney. Au lieu de cela, je suis tombé sur un texte sur l'amour vrai, qui, de l'avis de la poétesse, n'est pas essentiel, mais quand on le trouve, on ne peut plus s'en passer. En fait, il semble qu'elle n'ait jamais ressenti le véritable amour parce qu'elle est sceptique à ce sujet. Dans ce poème, elle a utilisé des termes simples, des figures de style comme la comparaison et la personnification et quelques répétitions.
Je pense que dans ce poème, elle décrit ce que ressentent les gens lorsqu'ils sont incapables d'expérimenter l'amour, c'est pourquoi ils le recherchent continuellement. Dans ce poème, les gens voient d'autres qui sont fiancés et ont une relation, ils peuvent donc devenir jaloux et aimeraient que le couple heureux cesse de montrer son bonheur. Les dernières phrases disent que qui ne sait pas ce qu'est le véritable amour, doit dire qu'il n'existe pas pour se convaincre qu'ils n'ont pas tort et qu'ils peuvent vivre heureux de toute façon.
De mon point de vue, ce poème explique deux concepts importants : l'un sur le couple fiancé et l'autre sur les gens qui l'entourent. Le premier point signifie que le véritable amour n'est pas la principale chose qui vous rend heureux dans la vie. Tout d'abord, cela dépend de ce que le véritable amour vous aide à comprendre sur la vie et son sens, plus précisément, lorsque deux personnes tombent amoureuses l'une de l'autre. Je suis d'accord avec le poème sur le fait qu'il existe de nombreuses façons de trouver l'amour et différentes significations à l'amour. Par exemple, l'amour de la famille, l'amour de votre travail, l'amour d'un voisin, etc. Par conséquent, il est vrai que l'amour est l'un des principaux aspects de la vie, mais à bien des égards, pas seulement concernant une histoire d'amour. Le deuxième point que je voudrais analyser concerne l'envie des autres. Je pense que c'est la partie la plus réaliste du poème, parce que les gens sont jaloux quand ils voient les autres heureux, surtout s'ils ne le sont pas eux-mêmes. Cela fait partie de l'instinct humain. Cependant, je pense que nous devrions en tirer des leçons et surmonter l'envie, surtout lorsque les personnes amoureuses sont des amis ou de la famille. Nous devons être heureux pour eux, car être heureux pour quelqu'un d'autre vous rend plus heureux que de le détester.

Il est né le 4 juillet 1807 à Nicée. Ses parents étaient Giovanni Domenico et Maria Rosa Nicoletta. Enfant, il a appris la voile auprès de son père et de son grand-père. Dans sa jeunesse, il a d'abord servi sur un petit navire pendant deux ans, puis il a travaillé comme brief sur un voilier pendant neuf ans.

Un événement important dans sa vie fut une visite à Taganrog où il arriva par bateau transportant des oranges. A Taganrog, il a rencontré un militant de « La Giovine Italia ». Ses animas pour réconcilier l'Italie sur la base des réformes sociales. Il aimait beaucoup cette vision et jura qu'il se battrait pour l'unification de l'Italie.

Lorsque Garibaldi était en Amérique du Sud, il a continué à se réformer. Dans les années 1836-1847, il commandait un corsaire. Il a combattu aux côtés des insurgés du Rio Grande contre les autorités brésiliennes. Puis il a soutenu l'Uruguay dans la lutte contre l'Argentine.

Tout ce qu'il fallait pour réconcilier toute l'Italie, c'était Venise, qui était encore occupée par l'Autriche, et l'État pontifical divisé par une forte garnison française. En 1862, Garibaldi a navigué avec 2000 soldats à Rome. Il dit à ses soldats « Rome ou la mort ». Après un court échange, de feu Garibaldi capitula

Ad la fin de sa vie, il contribue au parlement pour débattre d'un autre raid sur Rome. Juste avant sa mort, il a demandé à placer son lit pour qu'il puisse voir la mer dans les derniers instants de sa vie. Il mourut le deuxième jour de juin 1882 à Caprera.

Je pense que Guseppe Garibaldi est ce que Józef Piłsudski est pour les Polonais. Il s'est battu pour l'idée qui l'a quitté toute sa vie. Je pense qu'il peut être fier de ce à quoi ressemble l'Italie aujourd'hui et je pense qu'il y a contribué de manière significative.

Léonard de Vinci est né en 1452 à Florence. Il mourut en 1519 en France.

Nous pouvons sans aucun doute dire que Léonard de Vinci était l'un des plus grands hommes à avoir jamais marché sur la terre. Il est une véritable définition de « l'Homme de la Renaissance », il était un grand peintre, architecte, ingénieur, scientifique et biologiste. Il a inventé de nombreuses grandes inventions, que nous utilisons encore aujourd'hui.

La plupart des gens associent Léonard à la peinture. C'est parce qu'il avait beaucoup de grands tableaux, qui valent à ce jour des millions de dollars, tels que "Mona Lisa" et "The Last Supper".



Mais la peinture n'est même pas la pointe de l'iceberg des créations de Léonard. Il a publié de nombreuses études de biologie. Le plus connu est « L'Homme de Vitruve ». "L'Homme de Vitruve" est une esquisse du corps de l'homme aux proportions parfaites.


Leonardo était un maître des principes mécaniques. Il sait parfaitement utiliser les engrenages, les leviers, les poulies et les manivelles. Cette connaissance lui a permis d'inventer de nombreuses grandes inventions d'ingénierie. Certains d'entre eux étaient le premier char au monde, de nombreux modèles de canons, un pont-levis surélevé par eau et la machine de vol. Bien que beaucoup d'entre eux n'aient jamais été construits, comme les chars ou les machines de vol, ils étaient en avance sur le temps, en termes de technologie.


L'un de mes chanteurs préférés de tous les temps est Andrea Bocelli. Ma mère écoutait ses chansons quand j'étais plus jeune. J'étais tellement fasciné par sa belle voix et sa belle musique. D'habitude je l'écoutais dans la cuisine avec ma mère quand nous préparions le dîner. C'est par lui que j'ai commencé à écouter de l'opéra.

« Time for say goodbye » est sa chanson la plus emblématique et la plus reconnaissable (son Magnum Opus) et mon morceau préféré. Il est l'auteur de nombreux grands succès comme « Vivo per lei », « Parce que nous croyons », « Cantico », « Fall on Me »

Andrea est une personne très talentueuse et bien, je pense qu'il a une vie normale mais j'ai été choqué quand j'ai découvert qu'il était aveugle. À l'âge de 12 ans, alors qu'il jouait au football avec ses amis, il a eu une extravasation. Son sang a coulé directement dans son cerveau et a perdu la vue.

Peut-être qu'Andrea pourrait perdre la vue d'une autre manière parce que depuis sa naissance, il avait un glaucome.

Malgré ses problèmes de yeux, il n'abandonne jamais et il devient un grand chanteur.

Sa mélodie est si calme et facile. Quand je l'écoute, je peux vraiment m'envoler et oublier les problèmes et passer un moment au concert d'opéra.

Gucci (26 mars 1881 - 2 janvier 1953).

La particularité que j'aime chez lui est son élégance, son goût unique, sa coupe extraordinaire et la palette naturellement très colorée de son art de la mode.

Son parcours a commencé lorsqu'il était adolescent, à l'époque il était liftier à l'hôtel Savoy à Londres. Inspiré par les invités élégants de la classe supérieure, il est retourné à Florence et a commencé à fabriquer des sacs de voyage et d'autres accessoires.
Très peu de temps après, il s'est forgé une réputation de qualité, les gens ont été émerveillés par son travail. Gucci a étendu son activité à Rome, peu de temps après à Milan et seulement deux ans plus tard à Manhattan.
À l'heure actuelle, Gucci est connu comme un créateur de mode légendaire, mais très peu de gens savent où il a commencé. Il a certainement travaillé dur pour tout ce qu'il a accompli, et c'est vraiment respectable, mais très inspirant.


Alors comme il y a eu un article sur le paysage et la culture irlandaise dans le passé, je vais dire quelque chose sur notre expérience d'un mois au pays des "quarante nuances de vert". Nous sommes allés en Irlande pour notre stage d'un mois dans le cadre du projet ERASMUS+.

Notre destination était la ville nommée Sligo (irlandais : Sligeach), qui est située dans le comté de Connacht. Comme il était dit dans le règlement général du projet, nous étions hébergés en familles d'accueil (2 à 3 étudiants par famille). Pour ceux qui ne le savent peut-être pas, la famille d'accueil est une famille native du pays, qui souhaite accueillir des étudiants étrangers chez eux et vivre avec eux pour toute leur mobilité comme avec les membres de leur propre famille (expérience amusante pour être honnête). Mon ami et moi avons fini par vivre avec une femme divorcée et ses deux fils. Au début, nous étions un peu sceptiques à cause de certaines raisons qui ne conviennent pas pour parler, mais heureusement, cela s'est avéré être une bonne chose (j'en dirai plus à ce sujet plus tard). La première semaine après l'atterrissage était consacrée à la participation à des cours, qui étaient censés non seulement vérifier et améliorer nos compétences en anglais, mais aussi nous apprendre quelque chose sur la culture irlandaise. Il s'est avéré que nous avons également entendu quelques discours de motivation, sommes allés à plusieurs voyages sur la plage voisine et avons appris de nombreuses choses intéressantes qui se passent dans la ville. Quoi qu'il en soit, la première semaine a été un peu paresseuse car nous n'avions rien à faire de particulier à part essayer les cours. Nous avons terminé cette semaine par un voyage dans la ville de Belfast située en Irlande du Nord. Pour moi, celui-ci s'est avéré être le moins intéressant de tous nos voyages, car nous venons de voir quelques endroits dans la ville et avons entendu de notre guide touristique un peu de l'histoire d'une ville et nous avons visité le Titanic Centre. Comme je l'ai dit auparavant, il n'y avait rien de spécial ni d'intéressant, alors passons à autre chose. La deuxième semaine est celle où les choses sont devenues plus intéressantes, car le lundi de cette semaine, tout le monde de notre groupe est allé à son travail et a commencé à travailler. Presque tout le monde a travaillé dans un environnement étroitement lié à la profession qu'il avait choisie (nous étudions dans une école technique après tout). Je dis presque tout le monde, car il y avait une exception et évidemment cette exception était moi. Mais avant d'aller plus loin, laissez-moi vous expliquer. Je ne le dis pas dans un mauvais sens, ni par jalousie, car j'étais en fait satisfait de mon sujet de travail et de mon lieu de travail, mais je m'attendais à autre chose, au final je suis un étudiant en informatique après tout. Je travaillais donc avec un locuteur natif - M. John Joe Callaghan au Centre d'innovation ITSligo (cet homme a une personnalité merveilleuse et un sens de l'humour très TRÈS sauvage :D), je travaillais dans une école de langues. Au début, j'étais un peu déçu, parce que je m'attendais à faire quelque chose en rapport avec la conception de sites Web ou la programmation, mais j'ai ensuite appris ce que j'étais censé faire là-bas. J'étais assistant informatique, ce qui signifie que je participais à toutes les leçons tout en concevant des banques de questions pour les étudiants et en aidant à mettre en place les diffusions en direct des conférences en ligne. Même si ce n'était pas ce à quoi je m'attendais, c'était quand même très amusant. Et ce n'est que la deuxième semaine (première semaine de travail), qui s'est terminée par le voyage à travers le pays (nous avons vu beaucoup de magnifiques montagnes et cascades) se terminant par un après-midi passé à Galway. La troisième semaine a été encore meilleure que la précédente, car j'ai appris à mieux connaître mes collègues et étudiants, et nous avons pu faire des choses plus amusantes. Mais malheureusement, la fin de cette semaine s'est avérée horrible (j'ai oublié de le mentionner, mais jusqu'à présent depuis notre arrivée, le temps était parfait : ciel propre sans même un seul nuage, beaucoup de soleil et températures restées dans une zone relativement chaude), car juste pour samedi, quand nous étions censés voir des parties plus accidentées de la plage - les falaises. Malheureusement, il faisait froid et il faisait littéralement des vagues toute la journée (c'est ainsi qu'ils appellent la pluie intense là-bas), alors pendant toute la journée, nous sommes restés à l'intérieur du bus et avons vu le paysage à travers les fenêtres. Et puis jusqu'au samedi suivant, il pleuvait tous les jours, donc tout le monde était d'humeur endormie et il ne s'est rien passé d'intéressant. Et puis tout s'est arrêté. Vendredi, nous nous sommes rencontrés dans le bureau où nous avions des cours de la première semaine. Là, nous avons fait nos adieux aux organisateurs du côté irlandais et nous sommes allés dans nos familles d'accueil pour faire nos valises et préparer notre retour en Pologne. Conclusion : ce genre de projets est une merveilleuse occasion de rencontrer de nombreuses personnes fantastiques, tout en apprenant quelque chose sur la culture étrangère et en perfectionnant vos propres compétences en anglais. Je recommande fortement de participer à ces projets chaque fois que vous en avez l'occasion. J'espère que la lecture de ce mur de texte n'a pas été un tourment pour vos yeux, alors merci d'avoir lu. À VOTRE SANTÉ! )




Je voudrais parler d'un célèbre peintre italien, ainsi que d'un de mes artistes préférés, Michelangelo Merisi appelé Caravage (Milan 1571 Porto Ercole 1610). La particularité que j'aime chez cet artiste réside dans sa manière de peindre, mettant l'accent sur le volume des corps qui sortent brusquement de l'obscurité de la scène.

Le Caravage a vécu une vie tourmentée liée aux plaisirs, notamment les prostituées, l'alcool, les bagarres qui lui ont causé des ennuis. Vivant une vie si intense, c'est tout naturellement qu'il a développé une peur de la mort, qui est restée empreinte jusqu'à la fin de ses jours.

Après la violente bagarre avec Ranuccio Tomassoni et la mort de ce dernier, sa vie est devenue un enfer : il avait une accusation de meurtre et une condamnation à mort à laquelle il ne pouvait échapper qu'en se cachant ici et là.

La peur de la mort l'obsédait, l'amenant à peindre les visages des méchants tués par ses peintures avec ses traits.

David avec la tête de Goliath en est un exemple (Galleria Borghese, Rome) :

Le jeune David tient dans sa main la tête de Goliath décapitée et l'exposition au public, à nous, propose le geste du vainqueur, mais le regarde avec un regard compatissant. Caravage se représentant dans la tête de Goliath, il représente fatigué et vieilli et comme si la peine de mort avait été exécutée, et qu'il avait été décapité.


Il y a 2 ans, notre classe était en voyage d'une journée. Mes camarades de classe et moi sommes allés à Jankowce en bus. Il s'agit d'un village de Bieszczady avec une forêt où se trouvait une zone de paintball. Si vous ne savez pas ce qu'est le Paintball, je vais vous en parler un peu.

Un paintball est un sport de tir en équipe compétitif dans lequel les joueurs éliminent les adversaires du jeu en les frappant avec des capsules spéciales appelées "paintballs" qui se brisent à l'impact. Les balles de paintball sont généralement tirées à l'aide d'une arme appelée marqueur de paintball alimentée à l'air comprimé. Tout le monde portait bien sûr un casque et une tenue spéciale en raison des règles de sécurité. Nous avons dû nous diviser en deux équipes : Rouge et Bleu. Nous n'avons pas eu de problème avec ça donc ça s'est plutôt bien passé. Nous avons eu l'occasion de jouer à 2 matchs. J'ai joué dans l'équipe rouge donc nous avons dû éliminer tout le monde d'un bleu. C'était difficile à faire parce qu'ils avaient un meilleur emplacement dans la région. C'était il y a très longtemps donc je ne me souviens plus qui a gagné. Après les matchs, nous étions vraiment fatigués et affamés, nous avons donc décidé d'allumer un feu à proximité et de préparer des saucisses. Ce fut l'un des meilleurs voyages de ma vie et j'espère que nous ferons un voyage comme celui-ci cette année.

Casunziei est le nom en ladin (une langue locale du nord-est de l'Italie) d'une sorte de pâtes fraîches farcies. Ces pâtes ont une forme typique de demi-lune et entre deux couches de pâtes, on peut trouver des légumes et de la ricotta. Ils sont faits maison et sont typiques de la tradition culinaire de la région des Dolomites.
Les recettes originales incluent la variété "rouge" avec des betteraves, des pommes de terre et des navets rouges et la "verte" avec des épinards. D'autres variétés ont des garnitures de citrouille ou de radis.
En particulier, les casunziei all'ampezzana sont fourrés de navets rouges et jaunes et sont généralement servis avec du beurre fondu, des graines de pavot et du parmesan ou une sauce à base de radis.
Les casunziei sont servis avec des graines de pavot moulues et du miel à Cencenighe, un village près de Belluno.


Schìz était à l'origine une façon de préparer et de manger du fromage propre à la région de Belluno. Ce fromage frais est cuit dans une sauce faite en ajoutant de la crème et/ou du lait, mais certaines personnes le cuisent différemment en le faisant frire dans l'huile. Ce fromage est servi avec le plat traditionnel de polenta.
Schìz est produit avec du lait de vache entier. Le lait est réchauffé à la température qu'il avait au moment de la traite. Lorsque la présure est ajoutée, les substances protéiques coagulent et forment le caillé. Le caillé est cuit brièvement pour obtenir le Schìz, un fromage à pâte molle et mi-cuit pressé dans des moules de forme carrée, ce qui le rend plus facile à couper en tranches. Légèrement pressé et non salé, il est vendu extrêmement frais.
Le Schìz est un fromage authentique et polyvalent qui peut être utilisé dans une multitude de recettes : entrées, entrées, plats et même des bonbons.



La cuisine polonaise est très simple mais nourrissante : elle est principalement à base de viande et de céréales et elle se caractérise par des plats chauds, grâce à l'utilisation de plusieurs épices, comme le piment de la Jamaïque ou le chêne laurier.
Mon sport préféré est le hockey sur glace. J'ai joué pendant 10 ans, mais maintenant je ne joue plus car dans ma région et en Italie ce n'est pas très populaire et c'est difficile de trouver une équipe avec des joueurs de ma catégorie.
Je parle quatre langues : italien, anglais, espagnol et allemand. J'ai commencé à parler ma langue maternelle quand j'étais enfant et j'ai commencé à apprendre plusieurs langues étrangères : à 6 ans j'ai commencé à étudier l'anglais, à 10 ans j'ai commencé à apprendre l'espagnol et à 13 ans J'ai commencé à apprendre l'allemand.

Mon plat italien préféré est la lasagne.
Il est originaire d'Italie, dans la région d'Émilie-Romagne.
Le 29 juillet est la Journée nationale de la lasagne.
Traditionnellement, la pâte était préparée dans le sud de l'Italie avec de la semoule et de l'eau, tandis que dans les régions du nord, elle était préparée avec de la farine et des œufs.
La première recette de lasagne remonte au 13ème siècle à l'époque, les tomates n'étaient pas connues des européens, cela signifie qu'ils n'auraient pas pu les utiliser dans la recette originale. Cependant, selon la recette, différents types de fromages sont utilisés.
Les « Lasagne alla bolognaise » sont composées de couches de pâte, nature ou aux épinards, fourrées de béchamel, de Parmigiano Reggiano râpé et de sauce à la viande.
Les variantes régionales de lasagnes sont presque infinies.
Il y a les lasagnes de carnaval, préparées à Naples pour le Mardi Gras, farcies de boulettes de viande, de saucisses, de ricotta, de mozzarella et d'œufs tandis que les "Vincisgrassi" des Marches sont farcies d'abats de porc, de bœuf et de poulet.


Ainsi, Varsovie chevauche la rivière Wisła (ou Vistule), la plus longue et la plus grande rivière de Pologne. Récemment, la rive du fleuve est devenue un lieu de rencontre à la mode. Le nouveau pavillon de plage et espace café (en polonais : Plażowa) accueille un cycle de concerts gratuits appelé Miejskie granie (jeu urbain) interprété par les meilleurs jeunes musiciens polonais. Dans le Plażowa, vous trouverez également des cafés et des bars, un cinéma et de nombreux autres services.


La Route Royale est sans aucun doute ma partie préférée de la ville, elle est entourée de cinq rues communicantes sur lesquelles se trouvent de nombreux bâtiments et monuments d'importance culturelle. Cela commence au bord de la vieille ville et fait plus d'un mile de long. Après avoir visité la vieille ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, dirigez-vous le long de la rue Krakowskie Przedmieście, puis dans la rue Nowy Świat (idéale pour les bars et cafés), descendez Aleje Ujazdowskie et terminez au célèbre parc royal Łazienki.

Le parc royal de Łazenki est l'un des parcs les plus beaux et les plus charmants d'Europe. Il a été conçu au 17ème siècle dans le style baroque. Le parc abrite un certain nombre de palais (dont le palais principal sur l'eau), un amphithéâtre néoclassique et des orangeries. Souvent en été, il y a des cours de yoga et de méditation gratuits dans le parc.


Le château royal est situé dans la vieille ville sur la place du château. C'était la résidence de la famille royale polonaise entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Le château a été complètement détruit par l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale et il a été reconstruit sous le régime communiste dans les années 1980. Il abrite une collection de portraits des rois polonais et une collection de 23 peintures de Varsovie du XVIIIe siècle commandées par le dernier roi de Pologne.


Le Musée de l'Insurrection de Varsovie présente l'histoire de l'insurrection de 1944, cruciale pour le développement et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a été calqué sur le Holocaust Memorial Museum de Washington, DC et utilise une conception multimédia afin de reproduire l'atmosphère du soulèvement. Vous pouvez voir certains des bunkers utilisés lors du soulèvement, lire des extraits de journaux imprimés à l'époque et comprendre la chronologie du déroulement de la bataille.


Le nom vient de l'ancien Veneti, le peuple qui habitait la région au 10ème siècle. Autrefois Venise s'appelait aussi : « Reine de l'Adriatique », « Ville des masques », « Ville des canaux », « Ville de l'eau », « La ville flottante ». Venise a beaucoup de trésors d'art, en particulier de la période de la Renaissance. La musique est également un aspect important de Venise, car elle a un rôle important dans l'histoire de la musique symphonique et lyrique et aussi parce qu'Antonio Vivaldi est né à Venise.

Les principaux monuments, ponts et traditions sont :


-Le Pont du Rialto : est le plus ancien des quatre ponts du Grand Canal. Ce pont avait deux rampes inclinées, de sorte que les grands voiliers peuvent également passer en dessous tandis que les gens peuvent marcher dessus. Dans l'un des poèmes de Robert Browning, il s'appelle le pont Shylock, d'après le personnage de Shakespeare Shylock, tiré de « Le marchand de Venise ». Construction works started in 1588 and ended in 1591. It connects the districts of San Marco and San Polo.


-St. Mark’ s Square: is the principal square of Venice it’s the political, religious and social center of the city. This square is divided in two parts, the “piazza” and the “piazzetta” “piazzetta “ is connected to the south of the “piazza” through the waterway of the lagoon, here we can find the Doge’s Palace to the east (which used to be the residence of the Doge of Venice) and Jacopo Sansovino’s library to the west. In the “piazza” there is the church of St Mark and beyond that is the Clock Tower, completed in 1499. To the left there is a big arch along the north side of the Piazza, the buildings on this side are known as the Procuratie Vecchie, the old procuracies, formerly the homes and offices of the Procurators of St. Mark, high officers of state in the days of the Republic of Venice.


-Gran Teatro La Fenice: is a theatre founded in 1792. In the nineteenth century, the theatre staged the world premieres of numerous operas, including Rossini’s Tancredi, Sigismondo and Semiramide, Bellini’s I Capuleti e i Montecchi . There are many rooms, the most important are the “Sala Grande” and the “Sala Dante”. Sala Dante is a room inaugurated in 1865 on the occasion of the sixth centenary of the birth of Dante Alighieri and, to celebrate the event, the painter Giacomo Casa created a large composition with a big decorative ceiling frame, showing Italy in the act of crowning the great poet, and six tempera fresco paintings on the walls, with the same number of scenes from the Divine Comedy. “Sala Grande” is another elegant room used for balls, chamber music concert and conferences. Almost completely destroyed on the night of 29 January 1996, Sala Grande has been faithfully reconstructed from the original model. The floor, which is above the foyer, collapsed after a fire and only the corners were saved. Nowadays the floor and the walls are same of the past, with the same color and decorations.


-Murano Glass: this glass has been made for over 1,500 years, especially the Island of Murano, that is in the Venice lagoon. Since glass factories often suffered from fire accidents, this removed the possibility of a major fire disaster from the city. Venetian glassmakers developed secret methods for making glass, and the concentration of Venice's glassmaking on the island of Murano enabled better control of those secrets. The art of making glass became a job and slowly the glasses created by the merchant class dominated the Mediterranean Sea. The spread of glassmaking talent in Europe eventually diminished the importance of Venice and its Murano glassmakers.

-The carnival of Venice: is an annual festival that takes place in St. Marco's Square. The Carnival ends with the Christian celebration of Lent, forty days before Easter, on Shrove Tuesday, the day before Ash Wednesday. The festival is world-famous for its elaborate masks. This festival was celebrated for the first time in 1162. Venetian masks can be made of leather, porcelain or using an original glass technique. The original masks were rather simple in design, decoration, and often had a symbolic and practical function. Nowadays, most Italian masks are made with the application of chalk and gold leaf and are hand-painted using natural feathers and gems to decorate them. However, this makes them rather expensive when compared to the widespread, low-quality masks produced mainly by American factories. This competition has accelerated the decline of this historical craftsmanship peculiar to the city of Venice. There are many characters represented by masks, for example: “Colombina”, is a half-mask, only covering the wearer's eyes, nose, and upper cheeks. It is often highly decorated with gold, silver, crystals, and feathers. The Colombina mask is named after a stock character in the Commedia dell'arte: Colombina was a maidservant and soubrette who was part of the Italian theatre for generations. Also “Arlecchino” is a very famous character, is a “Zanni “character of the Commedia, his originally wooden and later leather half-mask painted black depicts him as having a short, blunt, ape-like nose, a set of wide, round, arching eyebrows, a rounded beard, and always a "bump" upon his forehead meant to signify a devil's horn. He is a theatrical counterpoint to Pantalone, and the two characters often appeared together on stage.


This is one of the most famous and important italian poems of the 20th century.

Colomba Pasquale

Esistono due principali dolci cui fa riferimento la dizione “ colomba pasquale “: uno è la colomba pasquale inventata in Lombardia negli anni trenta del� dalla Motta e poi diventata quella commercialmente più diffusa in tutta Italia, l’altro di più antica tradizione è la colomba pasquale diffusa in Sicilia e chiamata anche i palummeddi o pastifuort.

Fu Dino Villani, direttore pubblicità della ditta milanese Motta, già celebre per i suoi panettoni natalizi, che negli anni trenta del� per sfruttare gli stessi macchinari e la stessa pasta, ideò un dolce simile al panettone, ma destinato alle solennità della Pasqua. La ricetta poi venne ripresa da Angelo Vergani che nel 1944 fondò la Vergani srl, azienda di Milano che ancora oggi produce colombe.

Da allora la colomba pasquale si diffuse sulle tavole di tutti gli italiani, e anche ben oltre i confini dell’Italia. L’impasto originale, a base di farina, burro, uova,zucchero e buccia d’arancia candita, con una ricca glassatura alle mandorle, ha successivamente assunto varie forme e varianti.

Vi sono leggende che vorrebbero far risalire questo dolce pasquale in epoca longobarda, addirittura al re longobardo Alboino che durante l’assedio di Pavia si vide offrire, in segno di pace, un pan dolce a forma di colomba.

Ecco la nostra Video Ricetta:

Voto medio 3/5 su un totale di 5 voti.Vuoi votare la ricetta? Metti Mi Piace
Colomba da 750 gr:300 gr farina 0030 gr acqua tiepida125 gr burro1 aroma arancia1 aroma rum100 gr arancia candita60 gr latte1 bustina vanillina1 cubetto di lievito di birrabuccia del limoneGlassa:60 gr nocciole60 gr mandorle100 gr zucchero3 albumiDecorare:mandorle q.bcodette di zucchero q.bSciogliamo il lievito di birra nell'acqua poi in una ciotola mettiamo 50 gr di farina ed uniamo il lievito sciolto,formiamo un panetto che lasceremo lievitare coperto per mezz'ora.

Una volta lievitato aggiungiamo 200 gr di farina,50 gr di burro,1 uovo,lo zucchero,la scorza del limone,il sale,il latte tiepido,la vanillina,l'aroma arancia e lavoriamo il tutto. Otterremo un composto molliccio,infariniamo il piano da lavoro e lavoriamo un paio di minuti con l'aiuto di una spatola perche' sara' molto appiccicoso. Una volta amalgamato il tutto passiamolo nella ciotola infarinata e lasciamo lievitare coperto dentro il forno fino a che non triplica di volume.

Una volta lievitato lo rovesciamo sul piano da lavoro infarinato ed al centro mettiamo tutti gli ingredienti rimasti burro,uova,rum e la farina rimasta impastiamo ed aggiungiamo l'arancia candita. Poi lo trasferiamo nello stampo e accendiamo il forno a 160°. Prepariamo la glassa.

Frulliamo mandorle,nocciole e zucchero poi aggiungiamo gli albumi e lo montiamo con le fruste ed infine l'amido e rifrulliamo. Versiamo la glassa sulla colomba decoriamo con le mandorle intere e le codette di zucchero ed inforniamo per circa 50 minuti,se si cuoce troppo di sopra coprite con la stagnola.

Ricette che potrebbero interessarti:

Berlin restaurants

A gritty stairwell leads up to this hidden third floor restaurant in KaterHolzig—a graffiti-covered soap factory reinvented into a sprawling cultural center. Inside, there’s a state-of-the-art open kitchen filled with a staff that looks more like DJs than sous-chefs. The menu features mostly German-inspired dishes made with seasonal ingredients such as spinach–Alpine cheese dumplings with fresh mushrooms and a red beet salad. Desserts are especially good, even though they might sound like haikus, such as this offering: Black currants, Cigarette Fillo rolls, New York Cheesecake, Cucumber. katerholzig.de

Those familiar with Berlin in the 󈦺s might recognize this restaurant’s previous incarnation, the Maxwell, which was one of pioneers in the now über-trendy Mitte district. Currently headed by Daniel Finke, an ambitious German chef, the space is tucked away off an intimate courtyard and inside a beautiful brick historic building. The decor recalls the living room of a Sante Fe art collector, with mismatched vintage furniture and kilim throw pillows. Finke uses organic local ingredients to create a tight menu of deceptively simple dishes, like slow-cooked pork with seasonal vegetables. The bread is from the best baker in town, Soluna Brot & Oel, and the perfect french fries are cooked in goose fat. katzorange.com

The biggest and buzziest restaurant opening of 2012 is an ode to classic German cuisine, located in a renovated Jewish girls’ school (now occupied by high-end art galleries). Overseen by Stephan Landwehr and Boris Radczun, the dapper duo behind Berlin’s most glamorous restaurant, the Grill Royal, the Pauly Saal was imagined as a classic bistro that might have existed in Berlin in the Golden 󈥴s: leather booths, pine green fabric-covered chairs, walls covered in handmade ceramic tiles, and enormous Murano chandeliers. Austrian chef Siegfried Danler was imported from his Michelin-starred restaurant in Portugal to conceive the upscale family-style menu with entrees like ox steak or skate with spinach, sunchokes and crab. Almost everything is handmade on site, from the bread to the sausages. paulysaal.com

Pastrami sandwiches are suddenly the rage in some Berlin foodie circles and you’ll find that the preserved deli meat has a starring role at the chic café Mogg & Melzer, which, like the Pauly Saal, is located in the newly revived Jewish Girls’ School. The pastrami is made by hand on the premises, then loaded into sandwiches or served as a salad. The arty international crowd at this intimate spot befits the proprietors: a DJ-turned-chef and a nightlife promoter. Mogg & Melzer is popular for lunch but it’s also a nice place to grab dinner before a Mitte art crawl. Insider tip: When the weather warms up, ask about the rooftop table where you can take your to-go pastrami sandwich and have a rare view over Berlin’s beautiful Neue Synagoge Oranienburger. moggandmelzer.com

When the Japanese pop art star Takashi Murakami opened his first gallery outside Japan in Berlin, a friend, the nightlife entrepreneur Taro Fujita, followed him and last spring opened ULA, a Japanese restaurant specializing in sake and meat dishes. Head chef Daisuke Nakashima, who previously cooked for the Japanese ambassador to Germany, knows how to tailor his dishes to the upscale German palate (think foie gras nigiri, and sukiyaki served with wagyu beef), and continues to do it here. ula-berlin.com

In a sensual black dining room with silver bubbles floating from the ceiling, rising star chef Daniel Achilles, who studied under the three-Michelin-starred chefs Juan Amador and Christian Bau, is creating culinary excitement. Achilles divides his culinary creations into two menus: the “quite near,” which uses local ingredients to create modern regional classics like wild mushroom bouillon with rabbit and morels while the more experimental “far away” might include king crab with pickled broccoli and almond cream. reinstoff.eu

Michael Kempf, the youngest Michelin-starred chef in Berlin, has cooked under some of Germany’s best chefs, including the three-star legend Dieter Mueller. At Facil—which is housed within the glass courtyard of the Mandala Hotel—Kempf has now carved out his own distinctive style of cooking, with slightly Asian-influenced dishes accented with Indian and Arabian spices. facil.de

Chef Tim Raue is a scrappy, independent culinary spirit who was born and reared in Berlin. At his restaurant, the interiors mix a few shocking shots of color with inspiration from Berlin (check out the rotating art on the wall) and Asia (displays of ceramics and birdcages). Chinese and Thai herbs, spices and techniques inspire Raue’s cooking and his signature dishes, such as the Peking duck and Dongpo suckling pig, are finely tweaked variations on those classics. tim-raue.com

This landmark French bistro, open since 1980, is still so popular it doesn’t have a sign. The feel is familiar: zinc-topped bar, checkered floor and mirrored walls. The menu is full of superclassic dishes like fish soup with garlicky rouille and hanger steak with shallot butter and fries. Owner Mario Brassoit has compiled an extensive 11,000-bottle cellar of affordable wines, heavy on French labels from Burgundy, Côtes du Rhône and the Loire Valley. lokal-berlin.blogspot.de

In early 2009, a young American expat couple, Kevin Avery and Jeffrey Sfire, started the Palisaden Supper Club in their apartment. It was such a success that they started looking for an alternative space to continue on a more professional level. In the summer of 2010 they opened their eclectic bistro and called it Little Otik, after a Czech art house film. Avery, the chef, worked five years at the iconic Diner in Brooklyn, New York, and calls his food oma essen (“grandmother food”). Vegetables are the focus and star in excellent sides such as roasted beetroots with beet greens and horseradish, roasted pumpkin with goat cheese, and honey and cauliflower with tahini. When it comes to meat, much of it is wild and purchased directly from a local hunter. Favorites include duck ragù with polenta, and wild boar with red cabbage, chestnuts and fried Jerusalem artichokes. littleotik.de

Berlin’s most successful nightlife impresario, known only by the name Cookie, has made vegetarian cuisine cool with this hidden spot, marked only by a jumble of lightbulbs dangling from an awning. Chic locals love the delicious and affordable 󌍌 chef’s menus—a collaboration between Stephan Hentsch and Michael Kempf, the Michelin-starred chef from Facil. cookiescream.com

This clandestine jewel box of a restaurant is hidden behind the bar in a nightclub (Bar Tausend) that is already fairly hidden itself. One of Berlin’s best Asian chefs, Duc Ngo, is in the tiny, open, stainless steel kitchen, sending out Latin-Asian inspired dishes like Peruvian tiradito, tuna tataki wrapped in foie gras, and gourmet pork buns. On par with Ngo’s dishes: the people watching. Make sure to book a table near or after 10 p.m., when the restaurant starts to heat up with a heady mix of Russian models, German art collectors and international socialites. tausendberlin.com

The lunchtime menu at Fischers Fritz is one of Berlin’s best deals. Within the luxury Regent hotel near the charming Gendarmenmarkt, a three-course lunch in this polished, hushed dining room is 󌍟. Despite the conservative vibe of the restaurant, the chef, Christian Lohse, is an edgy, frenetic character obsessed with seafood and pork. This is the perfect place to stop for a tartare of smoked eel and a glass of Champagne, after a morning spent taking in the sites. fischersfritzberlin.com

This quirky little restaurant, on the border of the Wedding and Mitte districts, makes up for its slightly out-of-the-way location with an unusual high-meets-low dinner menu where almost nothing costs more than 󌌺. The mix of influences, from New American to Asian comes from a communal kitchen concept. Three separate chefs share the reins, and they take turns developing the frequently evolving menu. Stephan Hentschel, of Cookies Cream, uses this space to work with meat (Cookies Cream is vegetarian) and his burgers, served with homemade fries and local pickles, are the most popular order. facebook.com/v4volta

A pub in Germany is called a kneipe , typically a rustic space with a cluster of wooden tables and a bar in the middle. Usually you can’t find more than a few simple dishes and bags of chips at these establishments, but Nansen offers much more. It’s one of the city’s first true German gastropubs, as well as a lively watering hole in Berlin’s fastest developing area, along the canals of Kreuzkölln. The best time to eat here is in the fall and winter when the menu includes wild game, like a fantastic venison leg served with an onion tart and a side of yellow beets. restaurant-nansen.de

The historic market hall, Markthalle 9, has been renovated to appeal to a more modern food crowd. There are soup stands, a great wine shop, a basement microbrewery and the excellent Kantine 9, a little kitchen run by Gary Hoopengardner, the dreadlock-sporting former sous-chef of the highly respected Altes Zollhaus restaurant. Kantine 9 serves an excellent rustic two-course menu sourced from local farmers for no more than 𔛀. facebook.com/KantineNEUN

Though customers can expect to wait in line, The Barn maintains a cultish following for its slowly handcrafted coffees. Most of the beans come from London’s Square Mile Coffee Roasters but The Barn also brews “guest” coffees from other high-end international roasters. The cakes are pretty tasty too: All the recipes are from the owner’s mother. thebarn.de

Alpenstueck is beloved for its seasonal alpine cooking and minimalist cool alpine interiors (white furniture, deer antler candleholders and a wall of sawed-off oak logs). Even better than the decor is Alpenstueck’s new bakery, especially for lunch or takeaway pretzels. On Fridays the menu includes duck with apple-spiked red cabbage and dumplings. alpenstueck.de

Two decades ago American expat Cynthia Barcomi was the first in Berlin to start roasting her own coffee beans on site. Her two cafés—one in Mitte and the other in Kreuzberg—are going strong. The one in Mitte, hidden in a courtyard between Gipstrasse and Sophienstrasse, is a cozy spot to hang out for brunch or lunch. It’s still one of the few places that serves handmade bagels and muffins that taste like the real thing. barcomis.de

Blink and you’ll walk by this standing-room-only bar owned by local tastemakers Stephan Landwehr and Boris Radczun (of the chic restaurant Grill Royal), and party organizer Conny Opper. Don’t get here before midnight—it doesn’t really get interesting until about 2 or 3 in the morning, when the back room starts shaking with late-night dancing. kingsizebar.de

Blink and you’ll walk by this standing-room-only bar owned by local tastemakers Stephan Landwehr and Boris Radczun (of the chic restaurant Grill Royal), and party organizer Conny Opper. Don’t get here before midnight—it doesn’t really get interesting until about 2 or 3 in the morning, when the back room starts shaking with late-night dancing. Fasanenstrasse 40 030-8811-428.

Photo © Kerstin Ehmer and Katja Hiendlmeyer

Berlin’s newest art mile is the gritty Potsdamer Strasse, now HQ for some of the city’s best galleries. Many of them are hidden in historic buildings sandwiched between nondescript storefronts or in industrial courtyards, but the longstanding Victoria Bar is easy to find. The sprawling room is lined with wood paneling and has an old-fashioned West Berlin vibe that many local insiders miss. During gallery openings the bar is packed with a wild mix of artists and collectors. victoriabar.de

When it opened a few years ago, Bar Tausend was the area’s first grown-up designer lounge. A dark rectangular space designed by the locally based firm RobertNeun, it’s anchored by a long bar and on one side, an enormous 3-D metallic eye emitting a flattering golden light. tausendberlin.com

Menta e Limone: i due alimenti della salute

La menta e il limone sono due alimenti ricchi di proprietà benefiche per il nostro organismo e che possono aiutarci a mantenere il nostro corpo in salute. Iniziamo dal limone che, grazie alle sue proprietà, è in grado di agire nell’intestino , favorendo un miglioramento della digestione. Questo alimento può aiutare non solo il benessere del corpo, ma anche la bellezza , può infatti essere utilizzato per la cura dei capelli e dei denti rendendo i primi più forti e lucenti, i secondi più bianchi e sani. Il limone aiuta anche a curare i disturbi respiratori, combatte i radicali liberi e permette di rafforzare i vasi sanguigni. Infine il limone ha delle ottime proprietà dimagranti e può aiutarci a dimagrire quando siamo a dieta per fermare la fame e aumentare il metabolismo. Un vero e proprio toccasana per la nostra salute!

Scopriamo allora tutte le proprietà del limone

Innanzitutto il limone favorisce l’attività intestinale e riesce ad aiutare ad avere un’adeguata attività intestinale. Il limone infatti, con il suo succo, agise sui movimenti peristaltici dell’intestino e anche sulla digestione . Il limone dunque può determinare la giusta regolarità dell’intestino, in tal caso l’ideale sarebbe quello di bere il succo di limone al mattino . Come si prepara? mescolando del succo di limone con dell’acqua tiepida. Il limone può aiutare anche a combatte i disturbi respiratori poichè è un alimento ricco di vitamina C ed è molto efficace nel combattere i disturbi che riguardano la respirazione . Il succo del limone infatti è utile nel caso si verifichi un’insufficienza di ossigeno, ricordatevi dunque di portarlo sempre con voi se decidete di effettuare delle escursioni in alta montagna , nel caso ci sia un a forte insufficienza di ossigeno. Il limone inoltre può aiutare ad abbassare il colesterolo . Un recente studio scientifico ha dimostrati che nel limone è presente, all’interno della buccia in particolare, la tangeritina , che potrebbe essere efficace per tenere sotto controllo il livello di colesterolo.

Il succo di limone inoltre si può utilizzare per rendere più bianchi e sani i denti, lucidando lo smalto , inoltre è perfetto per attenuare il mal di denti, facendo degli sciacqui.  Non solo, il limone è ottimo per curare tutte le patologie della bocca, infatti può fermare le emorragie gengivali, migliorare l’alitosi. Nella regolare pulizia dei denti potete sfruttare i limoni usando dei dentifrici al limone o aggiungendo qualche goccia di limone al dentifricio che usate ogni mattina per lavarvi i denti. Il limone è ottimo anche per la bellezza del tuo corpo! Sfrutta le sue proprietà cosmetiche usando le sue proprietà contro l’ invecchiamento della pelle , il succo di limone infatti è perfetto per leiminare rughe e punti neri. Infine è un antisettico naturale, ma anche perfetto per curare altri fastidi della pelle o patologie, perciò cura le scottature , le punture d’api, l’acne e l’ eczema . Infine potete berlo con acqua e miele per rende l’epidermide più lucida. Il limone può prevenire persino la caduta dei capelli se viene applicato al cuoio capelluto , conferisce lucentezza ed elimina la fastidiosa forfora.

Tantissime anche le proprietà della menta, che può essere utilizzata insieme al limone o separatamente. Questa pianta è conosciuta sin dall’antichità quando veniva utilizzata per curare molte malattie e fastidi grazie alle sue proprietà benefiche. La menta fa parte della famiglia delle Labiate , genere Mentha , e conta numerose specie diverse tutte dotate di proprietà uniche. Ma da cosa è composta la menta? Facile… acqua , fibre e proteine , ma anche minerali , come calcio , potassio , magnesio , rame , manganese , fosforo , sodio , vitamine (del gruppo A, B, C e D) e aminoacidi . Basti pensare che dall’olio essenziale della menta si estrae il mentolo, un alcol scoperto circa duemila anni fa, in Giappone, con proprietà terapeutiche molto importanti.

Innanzitutto la menta è un perfetto rimedio per i disturbi gastrointestinali . L’olio essenziale di menta è in grado di agire sull’ attività dell’intestino con un’azione antispasmodica , poichè riesce a inibire la muscolatura liscia gastrointestinale, l’attività contrattile del colon. Inoltre la menta è ottima nel caso si soffra di coliche del tratto gastrointestinale superiore, del tratto biliare, e nelle irritazioni del colon. La menta è anche un anestetico . Se viene applicato sulle mucose e sulla pelle provoca un’iniziale vasocostrizione che è seguita da una conseguente vasodilatazione , in questo modo si ha un’azione anestetica locale sulla zona che è stata trattata. L’anestesia può avvenire anche al livello gastrico, inducendo un’ azione antiemetica .

La menta è pure un ottimo analgesico, ciò è stato dimostrato da una ricerca svolta dai ricercatori tedeschi, dell’Università di Kiel, ma anche dagli iraniani della University of Medical Sciences di Shiraz. Il team dei ricercatori ha scoperto come l’estratto di menta sia un’importante rimedio contro le cefalee e le emicranie di tipo tensivo. La menta in questi casi può aiutare a ridurre il dolore .


In Naples, the use of buying and eating food in the streets dates to very ancient times. The origins probably date back to Roman thermopolia or maybe earlier. Typical fried food can still today be bought in little shops, like Pastacresciute (deep fried bread dough balls), Scagliozzi (deep fried polenta slices) and sciurilli (deep fried male zucchini flowers), or deep fried aubergines. Pizza is also prepared in small sized to be eaten in the street, the so-called pizza a libretto, still found in Naples pizzerias in via dei Tribunali, port'Alba and piazza Cavour. In via Pignasecca, in the historical center, there are still some shops of carnacuttari, selling various types of tripe, 'O pere e 'o musso (pork's foot and cow's nose) or the old zuppa 'e carnacotta (tripe soup).

From Mergellina to via Caracciolo there are still several little shops selling taralli nzogna e pepe (salty biscuits with pork's fat and black pepper). Nowadays the old typical 'o broro 'e purpo (octopus broth) has become extremely rare to find. Few decades ago, street shops sold 'o spassatiempo, a mix of baked hazelnuts, pumpkin seeds, toasted chickpeas and lupins under brine.

Fusion cuisine

Many Neapolitan cookery books report classic recipes, but also re-interpretations in Neapolitan style of other ricette. So, it is not unusual to find recipes like cotoletta alla milanese, carne alla genovese, sugo alla bolognese, and other. Books with both classic and revisited recipes are:

  • Jeanne Caròla Francesconi, La vera cucina di Napoli, Éditer. Newton, 1995, (ISBN 88-8183-021-3)
  • Frijenno magnanno, Salvatore di Fraia Editore, Pozzuoli (NA): Contains a large variety of recipes and creative neapolitan dishes.

Voir la vidéo: #distantimainsieme - bignè alla crema